Historique de la calanque de Port-Miou


Notre calanque s’est-elle toujours appelée : PORT-MIOU

1er nom connu : PORTUM MINES (2ème siècle). Portum Mines faisait partie de l’itinéraire maritime de l’Empereur Antonin.
Puis le nom a évolué depuis Port Mil vers 1311 en passant en 1571 par Pourroumiou et encore Port Mieu.
En 1810 Napoléon fait établir les plans du cadastre de la France et son administration envoie des géomètres qui ne connaissent pas le provençal et entendant prononcer PORT MIEU écrivent PORT MIOU. Ce nom est inscrit et est resté depuis. (d’après les archives municipales de Cassis)

Connaissez-vous la légende ?

Les gens de mer racontent qu’un pêcheur génois, surpris par la tempête et ne pouvant maîtriser son bateau que les vagues poussaient à la côte, avait abandonné à son fils la barre du gouvernail. Celui-ci obéissant à une inspiration soudaine, met le cap sur le défilé étroit de Port-Miou et malgré les imprécations de son père, se dirige vers le rocher qui se dresse à l’entrée comme un éperon menaçant. Affolé par cette manoeuvre insensée, le père se précipite sur son fils et le frappe mortellement. Au même instant la barque double l’écueil, le rocher s’entrouve et le navire s’engage dans une écluse étroite et invisible. C’est le calme et le salut.

Port Miou…….Un abri sûr………Oui……….La preuve

En 1377, le pape Grégoire XI, reportant le Saint Siège d’Avignon à Rome est pris dans une tempête de mistral. Sa flotte constituée d’une  vingtaine de galères se met à l’abri dans la calanque.

Port Miou pas toujours aussi calme qu’on pourrait l’imaginer…….

En 1744, à la suite d’une bataille navale de Toulon, un convoi de bâtiments espagnols réfugié à Port Miou y fut poursuivi et incendié par une frégate anglaise qui débarqua des troupes mais des secours venus de La Ciotat obligèrent l’ennemi àrembarquer.

Port Miou …… « port commercial »……

A une demie lieu S.O. de Caffis, eft le Port Miou. Ce port eft fitué entre des rochers, qui femblent avoir été taillés exprès pour y mettre les batiments à l’abri du mauvais temps.
Le baffin de ce port a mille ou onze cents pas de longueur fur quarante ou cinquante de largeur & les galères du Roi y mouillent fouvent. Il paroit qu’il y avoit anciennement une chaîne qui fermoit ce port dont l’entrée n’a que dix ou douze toifes de largeur. Depuis quelques temps, les navires de Caffis font obligés d’y aller faire leurs chargements, à caufe que le port de Caffis eft en partie comblé & que la communauté de cette ville n’est pas en état d’en relever le môle qui fe détruit infenfiblement, faute de réparation.
(Dictionnaire Géographique : Abbé Expilly, Amsterdam)

Au 17ème siècle, plein essor de Port Miou. Marseille ne laissant entrer ni raisin, ni vin naturel, le commerce se fait dans la Calanque de Port Miou, port naturel.

Port Miou……… port de pêche…….. n’éxagérons rien.

Mais la pêche à Port Miou a représenté une activité si importante qu’il sera nécessaire de lui consacrer un chapitre.

 

Rédaction : Club Nautique de Port-Miou

Date de dernière mise à jour : 2015-11-03